Topo chileno

Publié le par actemicrofinance

Hola todos !

 

« Cómo andan ? Con frío ? »

 

Question récurrente pendant notre séjour chilien à Santiago. Et oui, c’était l’hiver pendant ce stage d’été. Nous débarquions en ce début de mois de juin, notre périple commençait, ayant pour toute arme un routard comblant maigrement nos connaissances du pays.


 

Capture d’écran 2012-11-25 à 23.10.50


Mais cela ne nous a pas empêché de faire un merveilleux séjour dans l’institut de microfinance, Corporación-WWB (Women’s World Banking) FINAM (Finanzas Internacionales para la Mujer). La surprenante générosité et sympathie de ses employés nous ont permis d’oublier les sursauts de la météo entre froid et douce chaleur, soleil et averses.


Nous quittions en fin de matinée les beaux quartiers de Providencia, où paradoxalement se situait Finam, pour nous rendre chez leurs clients, dans les communes plus populaires. De la Florida à la Pampa en passant par San Miguel, nous avons passé une bonne partie de nos trois mois à découvrir les communes de Santiago et ses micro-entrepreneurs. En une journée nous pouvions faire au moins trois communes, à pied, en métro, en micro (autobus) ou en taxi colectivos. Entre visites de clients et prospection, toujours accompagnés d’un agent de crédit : entre autres Mauricio, Gustavo, Nelson ou encore José, de précieux formateurs et guides, nous nous sommes familiarisés avec le mode de fonctionnement du Finam. Cependant, le Finam ne nous a pas seulement demandé de suivre ses commerciaux sur le terrain. Mauricio et Lucilla nous ont aussi demandé de regarder les chiffres de la corporation, et de les commenter afin de corriger les comportements à risques mais aussi d'encourager les points positifs qui permettent au FINAM de se démarquer du reste des IMF installés au Chili.
Nous avons aussi fait de l’évaluation sur le terrain, des visites de clients, comme de la prospection et du recouvrement de crédit. Chaque visite était l’occasion d’entendre une nouvelle histoire, un nouveau métier : le marchand ambulant à la feria, le boulanger qui travaille en famille, le mari maroquinier et sa femme qui vend ses tricots, de jeunes amis qui viennent d’ouvrir leur salon de coiffure, le vendeur de compléments alimentaires à la sortie du métro qui peut aussi réparer votre ordinateur… Nous avons compris que rien ne valait l’observation sur le terrain pour découvrir la réalité du microcrédit, les difficultés à évaluer des personnes aux revenus et aux garanties faibles tout comme la nécessité de mettre à disposition d’une grande partie de la population de Santiago, des financements pour développer leur micro-entreprises, bien trop souvent leur unique source de revenu.

 

 

Bref, la microfinance, comme la culture chilienne, se vivent sur le terrain !

 

 

Miangaly, Remi et Thomas

 


Retrouvez nos amis chiliens ICI

 

 

 

finam-casa.jpg

 

 

DSCF1188
Thomas et Nelson présentent le microcrédit et l'action du FINAM à un marchand ambulant.

 

DSCF2897

Envie d'un jus de pêche avant de reprendre le taxi ? ;)

 

P.S. Vous aimez ? D'autres aventures, argentines cette fois, ne devrait plus trop tarder ! Accompagné d'une annonce de conférence !

Publié dans Chili

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article